Alors voilà ce qui se passe.

WordPress, hébergeur de ce blog, a fait une mise à jour. Ceci doit se produire régulièrement, je suppose, mais jusqu’ici, à part des onglets qui changeaient de côté de l’écran, je n’avais pas rencontré de problèmes avec ces mises à jours.

Sauf que voilà, WordPress a décidé qu’il fallait mettre un peu de sécurité dans les commentaires. Quelqu’un quelque part a pensé que si on avait un compte wordpress, il ne fallait pas qu’on puisse laisser un commentaire sur un blog wordpress sans être connecté à ce compte. L’idée, si j’ai bien compris, c’était d’éviter que quelqu’un d’extérieur puisse se faire passer pour l’administrateur d’un blog dans les commentaires de ce blog ou même ailleurs sur la Toile.

En soi, la démarche est louable. Là où ça commence à pécher, c’est dans la mise en œuvre. Il y a eu différents bugs que je ne détaillerai pas ici mais qui sont liés, pour l’essentiel, aux comptes Gravatar (le truc qui nous sert à avoir nos trombines à côté de nos commentaires). Parce que, et oui, Gravatar et WordPress, c’est la même chose. Vous l’ignoriez ? Moi aussi.

Cette histoire, ça donne des mails et des tweets de gens que j’aime et qui me le rendent au moins assez pour me prévenir et qui disent que commenter sur mon blog devient si ce n’est impossible du moins compliqué.

Alors moi je cherche à comprendre, hein, comme beaucoup d’autre, je trouve des réponses et des questions, je rencontre du monde en ligne et je commence à m’énerver.

Parce que leur mise à jour de sécurité, je l’ai pas demandée, moi. Parce que perso, le risque qu’on se fasse passer pour moi, ça me fait pas me relever la nuit. Parce que je n’ai pas le choix, je ne peux pas la désactiver. Parce que je veux pouvoir commenter des blogs wordpress sans forcément donner l’adresse de mon blog avec et sans être obligée de trichée sur mon adresse mail pour cela. Et parce que WordPress, une fois les bugs corrigés, fait la sourde oreille.

En même temps, quand on a un hébergeur qui offre gratuitement tout un tas service, on a beau jeu de râler…

Je ne peux pas dire que je quitte worpdress avec colère. J’ai plutôt envie de penser que cette histoire était le signal dont j’avais besoin. Ça et l’impulsion d’une bonne fée. Pour passer à l’étape suivante.

Cette étape s’appelle dotclear, et elle se passe sur un domaine à mon nom à moi. Il était temps que je devienne propriétaire de mes murs.

Alors à très vite là-bas : http://lizly3zero.fr

 

Publicités